Le libre-arbitre selon nos guides spirituels

Le libre-arbitre selon nos guides spirituels

Vous êtes-vous déjà demandé quels étaient les sujets de conversation de nos guides spirituels ? Voici peut-être un début de réponse…
(Cet écrit fait partie d’un récit que j’ai commencé à rédiger il y a plusieurs années. Les textes « Entre ciel et terre » ainsi que « Voyage dans le monde de l’après-vie » sont d’autres extraits de ce roman initiatique.)

Anaël se glisse dans le cercle d’enseignement des guides spirituels célestes. Le professeur s’adresse à l’assemblée :
« Aujourd’hui je vous propose de parler du thème suivant Le libre-arbitre des êtres humains ».

Aranel prend la parole avec force.
« Voyez où le libre-arbitre a mené l’humanité ! »

Et un autre d’ajouter :
« Siècle après siècle l’humanité s’est enfoncée dans des profondeurs jamais égalées depuis que la Terre est Terre. A cause du libre-arbitre des hommes, nous avons permis que la Terre devienne un enfer. »

« En tant que guides spirituels ne pouvions-nous pas agir avec plus de force et transmettre aux humains des notions et des valeurs capables de les faire évoluer dans le bon sens ? Les êtres humains n’ont jamais été aussi loin dans la violence et le chaos. Regardez dans quel état est la Terre aujourd’hui ? A quoi servons-nous au juste ? »

« La terre est tellement polluée que l’air y est irrespirable. Les paysages se dessèchent, les arbres tombent, les poissons meurent par milliers, certaines races d’animaux sont vouées à disparaître totalement de la surface de la terre. Au fur et à mesure du temps, la nature a perdu toutes ses couleurs. Les saisons n’existent plus. Vous souvenez-vous lorsqu’un franc soleil brillait et où la neige tombait sur les arbres et les montagnes ? Sans parler des belles saisons intermédiaires qui nuançaient les tableaux de la nature. Tout n’est plus que désolation, froideur et obscurité. Gaïa est devenue la poubelle de la galaxie et la honte de Dieu !

Alors jusqu’à quand devons-nous laisser les hommes jouer au jeu du libre-arbitre ? Les hommes se sont déconnectés de leur partie divine en faisant comme bon leur semblait. Depuis le ciel nous sommes les premiers témoins des horreurs perpétrées et sous prétexte de leur libre-arbitre nous ne pouvons agir ! C’est insensé ! »

« Que proposes-tu alors ? » Demande le professeur.

« Je pense que le libre-arbitre a ses limites voilà tout ! Et qu’il est peut-être temps d’une action céleste plus directe sans passer par les hommes. Car au fond nous sommes responsables nous aussi de ce qu’il se passe sur terre et moi je me désole de ne pouvoir agir davantage et d’être obligé de passer par mon être humain qui, la plupart du temps, fait la sourde oreille ! Lorsque je lui montre une publicité faisant l’éloge de la paix et de la liberté, il feint de ne pas l’entendre. Dans les rêves je lui transmets des émotions afin qu’il reprenne goût à son humanité mais le matin il fait comme d’habitude, et à peine a-t’ il été touché par ce qu’il a ressenti qu’il repart au gouvernement mondial comme un bon petit soldat. Je suis découragé et je ne sais plus comment faire pour l’aider. D’ailleurs, le veut-il vraiment ? Comment aider un être humain qui ne le veut pas ? Et dans ce cas-là pourquoi l’aider ? A quoi servons-nous ? » Un brouhaha approbateur retentit dans le cercle. Après quelques minutes de plaintes, le bruit se dissipe peu à peu. Anaël baisse la tête, silencieux et immobile alors que les autres s’agitent et échangent des paroles de découragement et de colère.

Une femme demande la parole :

« Je suis guide spirituel depuis deux siècles environ et je suis aujourd’hui dans un état de découragement très avancé. J’ai l’impression que Clara m’écoute encore moins que lors de sa dernière vie. Comment cela se fait-il ? Ses fréquentations se dégradent car les personnes qu’elle rencontre se sont beaucoup éloignées de leur être profond. Elles influencent Clara vers davantage de dureté, de fermeté et de fermeture. Lors de sa dernière vie elle essayait de méditer parfois ce qui me laissait davantage d’espace pour la contacter mais aujourd’hui elle renie son être intérieur. Elle ne veut plus l’écouter et je suis totalement découragée par cette situation. J’en viens même à lui en vouloir et à m’impatienter comme jamais cela ne m’était arrivé auparavant. Que dois-je faire professeur ?

« Patience, humour et tolérance. Clara va jusqu’aux limites de la séparation, comme il est fréquent à l’époque actuelle et c’est ce que vous semblez constater avec la plupart de vos protégés, n’est-ce pas ? »

L’assemblée semble répondre d’une seule voix sonore : « Oui, oui ! »

Le professeur poursuit :

« Ne vous découragez pas et continuez votre mission. Je vous rappelle qu’aucun résultat ne vous est demandé. Personne n’ira vous juger si vous ne parvenez pas à contacter votre protégé. Attention à ne pas vous regarder avec trop de dureté ni à le ou la regarder avec trop de dureté. N’oubliez pas non plus que l’être que vous avez en charge est votre miroir et qu’il n’y a pas de hasard dans le fait qu’il vous renvoie ce qui vous heurte…Car vous avez été un être humain et il est normal que vous soyez encore touchés par les émotions humaines. Tout cela est bien complexe et je vous comprends. Soyez forts et indulgents avec vous-mêmes et avec eux. L’important n’est pas le résultat mais le chemin parcouru, n’est-ce pas ? »

Le professeur se tourne vers Anaël qui n’a réagi à aucun moment au cours de cette session tumultueuse et lui demande ce qu’il pense de cette situation. Timidement il prend la parole et peu à peu le silence se fait :

« Je suis tout aussi touché que vous l’êtes de voir dans quel état se trouve la planète terre aujourd’hui et il est vrai que ce sont les hommes qui en ont décidé ainsi. Cependant même si nous vivons une époque difficile et que le libre-arbitre des hommes a plongé la Terre en enfer, il me semble que c’est ce même libre-arbitre qui pourra sauver l’humanité… »

Rires moqueurs dans l’assemblée. Aranel demande :

« Ah bon et comment ? »

« Tu crois au Père Noël ! »

Anaël poursuit :

« Nous ne pouvons sauver les hommes d’eux-mêmes. Personne ne peut sauver quelqu’un d’autre de ses propres démons. Car c’est à chacun de faire ce cheminement afin de se libérer soi-même. Le libre-arbitre de l’humanité est à la fois sa condamnation et son salut. Que lui resterait-il sinon ? Une intervention extérieure de notre part serait, je pense, une erreur. Si nous les manipulons pour les faire aller là où nous voulons, bien sûr ce serait plus facile pour nous, mais notre travail n’est pas de nous substituer à eux. Notre engagement à servir Dieu n’aurait plus la même saveur de l’aide véritable et de l’apprentissage de l’amour inconditionnel.

Il est très décourageant de voir que notre humain ne nous ressent pas mais quelle joie immense lorsque la connexion s’établit au moment le plus inattendu ! En leur imposant une façon d’être, nous les couperions d’eux-mêmes et de leur propre évolution. Il nous faut être patients et tolérants vis-à-vis de leurs erreurs car c’est ainsi qu’ils apprennent le mieux. Et puis nous perdrions la magie que nous ressentons lorsque nos énergies se fondent en une seule et même force de vie. Notre travail n’a certainement jamais été aussi difficile car les êtres humains n’ont jamais été aussi séparés de leur âme et de leur cœur mais c’est à eux de retrouver le chemin de leur propre lumière intérieure. Et non à nous de leur imposer La lumière. La lumière ne peut être réellement lumière que si chacun la ressent profondément dans son être.

Nous pouvons simplement les aider sur cette voie mais faire le travail à leur place n’est pas la solution. Soyons patients et laissons-les décider par eux-mêmes. Du chaos naît la lumière. Puisque la terre n’a jamais été aussi plongée dans l’obscurité cela signifie aussi qu’elle est plus proche que jamais de la lumière éternelle. Le basculement aura lieu bientôt. J’en suis sûr. Ne nous décourageons pas et acceptons nos petits échecs provisoires. Laissons-les jouer avec leur propre pouvoir et laissons les comprendre qu’ils peuvent changer de direction à tout moment. L’humanité a toujours été libre et je souhaite qu’elle le soit encore et toujours ! »

Les visages et les regards ont changé car Anaël a cette faculté de redonner de l’espoir. Sa force de vie et sa sagesse sont contagieuses et ses mots ont réussi à apaiser les tensions. Le guide enseignant sourit et avant de clore le cours il ajoute :

« Mes chers amis, je vous remercie pour la sincérité de vos paroles et la profondeur de vos réflexions. Vous savez bien que personne n’a tout à fait raison ni tout à fait tort et qu’il n’est pas de mon rôle de vous inciter à agir de telle ou telle façon car vous aussi vous apprenez et vous aussi avez votre libre-arbitre. Il n’est pas toujours facile d’apporter notre aide à ces chers humains qui sont si proches de nous et parfois si lointains. N’oublions pas que nous aussi sommes passés par la planète terre. N’oublions pas de nous mettre à leur place de temps en temps et demandons-nous si nous ferions mieux qu’eux dans les conditions actuelles de vie sur Gaïa.

Vous êtes les guides et il est  important que dans votre cœur résonne la parole qui vous semble la plus juste. Nous sommes tous différents et l’humain que nous avons la responsabilité d’accompagner est très différent de nous aussi. Apprenez à être patients et à transmettre à votre humain ce qu’il faut quand il le faut afin qu’il reçoive au mieux votre message. Vous êtes un maillon de la chaîne divine qui relie Dieu aux hommes. Allez en paix. Que l’énergie d’amour vous enveloppe. »

Je tiens à préciser que ce texte sort tout droit de mon imagination. Je ne prétends donc pas y décrire une vérité absolue.

Copyright © 2017.
Sans mention de l’auteur ni de la source www.carolinefaget.fr  , l’utilisation de ce texte n’est pas autorisée.

Vous aimerez aussi:

« Entre ciel et terre » épisode 1
« Entre ciel et terre » épisode 2
« Voyage dans le monde de l’après-vie »