Etes-vous un travailleur de lumière?

Etes-vous un travailleur de lumière?

Dans ce texte je souhaite partager avec vous quelques réflexions sur ce que signifie, à mon sens, être un travailleur de lumière. Je vous propose ici de faire une sorte de bilan honnête à la lueur de votre conscience et de votre sagesse. Il ne s’agit pas de se comparer ni de se prétendre supérieur parce que nous nous sommes collés cette étiquette de « travailleur de lumière ». En réalité, nous sommes tous des travailleurs de lumière car, au fond, seuls l’amour et la lumière existent. Et lorsqu’on expérimente le côté obscur, ce n’est qu’une autre partie de la lumière qu’il nous est donné de traverser. Il ne s’agit pas non plus de se sentir arrivé puisque nous sommes et serons toujours en chemin vers la lumière et c’est bien cela qui est passionnant.

Mais depuis de nombreuses années, j’ai remarqué des signes pouvant peut-être indiquer que certains marchent plus consciemment que d’autres sur ce chemin et que c’est sans doute pour cette raison qu’on pourrait les qualifier de « travailleurs de la lumière ». De plus, bien souvent, nous portons notre attention sur nos difficultés et nos peines et nous oublions de voir tous les enseignements qui nous ont enrichis. Nous mettons de côté notre progression et notre avancée sur le chemin et nous oublions que nous sommes bien sur le chemin exigeant de la lumière.

Je vous encourage à donner votre avis sur cet écrit qui n’est en rien un modèle mais plutôt un recueil de mes propres réflexions sur ce sujet immense. Je vous invite à l’enrichir par vos propres réflexions et expériences si le cœur vous en dit.

Vous avez cessé de vous percevoir comme une victime

Un travailleur de lumière a cessé de se sentir comme une toute petite chose victime du monde, de la société, de son patron, de sa famille, etc… C’est une personne qui a cessé d’accuser l’extérieur de ce qu’il vit car, d’une part il a compris que cela ne servait à rien, et d’autre part il a réalisé que personne n’est responsable de ce qui le touche. Si nous nous sentons remués par une situation, c’est qu’une partie de nous est en résonance avec cette émotion. La situation extérieure ne fait donc que révéler ce qui existe déjà à l’intérieur sinon cela ne nous ferait pas réagir. Il est donc inutile de se considérer comme la victime des autres ou du monde car nous sommes une partie du Tout. Bien sûr, il peut arriver que vous ayez encore parfois ce réflexe de victimisation mais vous êtes capable de le voir clairement et de l’identifier comme tel. Cela ne veut pas dire non plus que nous cessions de souffrir mais simplement que nous ayons conscience de cet état.

Vous êtes devenu responsable et non coupable de ce qui vous arrive

Cette idée de responsabilité découle tout naturellement de ce premier point et va même plus loin. Prendre la responsabilité d’une situation ne veut pas dire être masochiste. Si quelque chose nous touche, c’est que nous en sommes en partie responsables sinon, cela ne nous ferait pas réagir. Mais cela ne signifie pas que nous soyons coupables et que nous devrions nous flageller. Nous prenons la responsabilité en toute conscience car nous savons qu’il est inutile de fuir mais cela ne veut pas dire pour autant s’en vouloir et se culpabiliser. Se faire violence nous ferait retomber dans un cercle vicieux et nous conduirait à nouveau dans l’impasse. Les expériences que nous considérons comme bonnes ou mauvaises sont vécues comme des occasions de nous révéler à nous-mêmes et non comme des punitions que le ciel nous aurait infligées.

Vous résistez de moins en moins à ce qui est

Vous avez conscience que les événements que vous vivez ne sont pas le fruit du hasard et qu’ils ont un sens profond. Même si certains sont vécus de façon douloureuse, vous savez qu’il ne sert à rien de résister à ce que la vie vous propose. Car tout ce à quoi nous résistons persiste. Les schémas répétitifs nous invitent à davantage de compréhension et de conscience. Vous savez que rien n’est vain et que derrière chacune de ces invitations se trouve la promesse d’une liberté à venir. (Lire l’article « Faire la paix avec ce qui est »)

Vous avez conscience de votre pouvoir créateur

Vous avez pris conscience que vos pensées, vos paroles et vos actions créent votre réalité. Vous avez réalisé à quel point vous êtes créateur de votre vie et cela vous incite à porter une attention particulière à ce que vous pensez, à ce que vous dites et à la façon dont vous agissez. La loi d’attraction nous explique que nous attirons exactement ce que nous émanons. L’univers est une immense caisse de résonance qui nous renvoie tout simplement ce que nous lui transmettons par notre énergie, que nous en ayons conscience ou non. (Lire l’article « Vous êtes le principe Créateur »)

A partir du moment où nous réalisons cela, nous nous rendons compte de notre immense pouvoir créateur et donc de notre responsabilité dans ce que nous attirons. Cependant, il est important de signaler que nous étiquetons très vite nos expériences et celles des autres en les qualifiant de « bonnes » ou « mauvaises », de « positives » ou « négatives ». Et c’est là, à mon sens, que nous nous trompons car réussir notre vie ne signifie pas forcément correspondre à l’image que nous nous en faisons. C’est évidemment beaucoup plus complexe que tout cela. En résumé, si un domaine de notre vie n’est pas perçu à nos yeux et/ou à celui des autres comme positif, cela ne veut pas dire que nous ayons été forcément à l’encontre de la loi d’attraction.

Vous voyez votre égo à l’œuvre

Vous savez comment fonctionne votre égo et vous le voyez de plus en plus à l’œuvre dans votre vie. Globalement, son travail consiste à vous protéger car il se sent menacé en permanence. Donc il essaie par tous les moyens de vous sécuriser (argent, travail, famille, amour, etc…). Ses raisonnements suivent une logique primaire dirons-nous. Il n’a aucune confiance dans l’intuition, la prise de risque, la foi, le sentiment de sécurité intérieure. Il veut des preuves, du concret, de la sécurité à tout prix et à chaque instant. Il se méfie donc de tout et n’est jamais vraiment tranquille. Il est aux aguets en permanence et tire la sonnette d’alarme dès que vous déviez de ce qu’il connaît. Le travailleur de lumière a conscience du rôle de son fidèle protecteur qu’est l’égo mais il le laisse de moins en moins l’embarquer dans ses fonctionnements et parfois ses manigances pour le protéger coûte que coûte.

Vous savez que vous êtes bien plus que vos rôles terrestres

Vous avez pris du recul par rapport à vos rôles terrestres. Vous savez que vous n’êtes ni votre travail, ni votre famille, ni vos qualités, ni vos défauts, ni votre corps ni vos émotions ni votre argent mais que vous êtes bien plus que tout cela. Vous avez conscience de jouer des rôles comme un acteur de cinéma. En vous incarnant sur terre, il a bien fallu accepter les conditions afin de pouvoir fonctionner dans ce monde. La plupart des personnes ne font pas la différence entre ce qu’elles font et qui elles sont au plus profond.

Ces rôles sont cependant des vêtements nécessaires qui méritent tout notre amour et toute notre attention car certains pourraient avoir tendance à les dénigrer ou à les mépriser. Le travailleur de lumière a trouvé un point d’équilibre qui lui permet d’accepter volontiers ces rôles qui lui donnent l’occasion de faire l’expérience de la 3° dimension sans pour autant s’y perdre.

Vous portez un regard d’amour, d’empathie et de compassion sur vous-même et sur le monde

Le travailleur de lumière est connecté à son cœur ce qui lui permet de porter un regard d’amour et de compassion sur lui-même et sur le monde puisqu’il sait que l’autre est son propre miroir. Il a conscience que chacun expérimente ce qui est juste pour lui. Le travailleur de lumière est capable de voir au-delà des apparences (physiques, émotionnelles, morales, comportementales…), au-delà des règles et des normes et au-delà des rôles. Il ressent donc naturellement de l’empathie pour l’autre car il sait que cette personne est sur une étape du chemin. Cela ne l’empêche pas de ressentir de la colère ou de la frustration mais son regard se transforme vite en empathie car il a compris que l’autre c’est lui-même. Il ressent ce que ressentent les autres et sa sensibilité est parfois mal vue à l’extérieur. Les travailleurs de lumière masculins sont souvent confrontés à des réactions de rejet ou de moquerie de la part d’autres hommes. Le travailleur de lumière accepte sa vulnérabilité et celle des autres.

Vous avez la capacité de pardonner

Grâce à votre compréhension affinée du monde et de la gente humaine, vous avez la capacité de pardonner. Puisque vous résistez de moins en moins à ce qui est et que vous portez un regard de compassion sur les autres, vous pardonnez à ceux qui vont ont blessé. Le chemin vers le pardon n’est pas toujours facile ni automatique mais vous parvenez de plus en plus à vous mettre à la place de l’autre et à voir toute la souffrance derrière son comportement. Et cela vous permet de lâcher-prise et de pardonner. (Lire l’article « Lorsque le pardon fait des miracles »)

Vous êtes passé de la tête au cœur

Vous fonctionnez de moins en moins avec la tête et de plus en plus avec le cœur. Votre volonté pure et dure a laissé place à davantage de liberté intérieure. Vous êtes à l’écoute de ce qui fait vibrer votre cœur et vous agissez en fonction de cette boussole précieuse. Vous avez désormais la capacité de suivre la voie de votre cœur même si votre tête a du mal à comprendre. Vous avez lâché prise sur un mode de fonctionnement basé sur la raison pure et vous vous laissez aller à davantage d’actions qui peuvent sembler parfois insensées mais qui sont ô combien plus nourrissantes. Et lorsque la raison vient vous faire une démonstration scientifique, vous la regardez avec davantage de recul et vous revenez tranquillement vers la sagesse de votre cœur.

Vous êtes connecté à votre âme

Vous êtes capable d’entendre les messages que vous envoie votre âme. Votre âme vous parle chaque jour à travers vos rêves, vos intuitions, votre corps, vos ressentis, les synchronicités… Le travailleur de lumière est attentif à ces signes car il en connaît la valeur et même si le sens ne lui parvient pas tout de suite, il est patient et sait que la compréhension viendra en son temps. Il ressent le besoin profond de se connecter à son âme et c’est pour cela qu’il consacre du temps à la méditation, à la relaxation, à la nature et à toutes ces activités lui permettant d’être en connexion avec son âme. Il est vital pour le travailleur de lumière de boire à la Source et d’aller au cœur de lui-même afin d’y récolter le précieux nectar de Vie. (Lire l’article « Communiquer avec son âme »)

Vous avez des perceptions de l’invisible

Les travailleurs de lumière ont une sensibilité qui leur permet de voir, de sentir, d’entendre ou de ressentir l’invisible. Nous appelons cela aussi des capacités extrasensorielles. Certains voient les personnes décédées, les auras, les êtres de lumière ; d’autres entendent des messages de l’au-delà, d’autres encore ressentent les présences, l’énergie des lieux ou des personnes. Certains ont des visions ou des intuitions très fortes. Ils sont capables de converser avec des êtres décédés ou venant d’ailleurs. Les artistes en général retranscrivent ce qu’ils voient, ce qu’ils entendent ou ce qu’ils ressentent des mondes invisibles et ont la capacité de traduire cette énergie en mots, en musique, en peinture, en sculpture, etc…Les travailleurs de lumière ont aussi la capacité de capter les pensées et les ressentis des autres. Ce ne sont là que quelques exemples parmi les innombrables capacités dont sont dotés les travailleurs de lumière. Mais ce qui est important à signaler est que ces capacités utilisées sans l’intelligence du cœur ne sont ni pertinentes ni dignes d’un véritable travailleur de lumière.

Vous êtes attentif à être dans le moment présent

Un travailleur de lumière sait que le temps et l’espace n’existent pas et qu’il est aussi inutile de demeurer dans le passé que de se projeter dans un futur hypothétique et incertain. Le travailleur de lumière se concentre donc sur le moment  présent car il a réalisé que tout se passe ici et maintenant. Il a compris qu’il faisait partie d’un Tout interconnecté et que ce qu’il parvient à faire ici et maintenant a des répercussions sur tout son être, sur le passé, sur le futur et sur tout l’univers.

Le présent devient donc l’unique moment contenant tout ce qu’il nous faut savoir et sur lequel nous pouvons avoir une véritable action.

Le travailleur de lumière est naturellement enclin à aider les autres, la planète, la société…

Quelle que soit sa fonction au sein de ce monde, il ressent le besoin d’aider l’autre, de le soutenir, de lui donner la main ou de lui montrer le chemin. Sa compréhension de la vie lui donne une petite longueur d’avance sur ceux qui se sentent encore prisonniers de certains enjeux. Souvent il occupe donc des fonctions d’aide à la personne dans le milieu social, médical, éducatif, thérapeutique… Il est sensible aux arts (musique, écriture, peinture, sculpture…). Il est tourné vers le bien-être, le développement personnel ou la spiritualité. Il peut être aussi scientifique, chercheur, économiste, financier ou entrepreneur. Le travailleur de lumière est sensible à la terre, aux animaux et à la nourriture. Il travaille dans l’environnement, l’agriculture, l’écologie, la défense des animaux, l’alimentation saine etc…Il peut être un leader ou un montreur de chemin. Dans tous les secteurs d’activités et dans tous les milieux de notre société se trouvent des travailleurs de lumière œuvrant avec le cœur et avec la conscience de qui ils sont vraiment.

Dans quelques décennies ou quelques siècles la population sera uniquement constituée de travailleurs de lumière. D’ailleurs de plus en plus d’enfants actuellement naissent avec des facultés très développées et une conscience claire de leur mission sur terre.

N’hésitez pas à m’écrire votre témoignage dans les commentaires ci-dessous sur mon site www.carolinefaget.fr à propos de cet article qui n’est pas un modèle mais un recueil de mes propres réflexions. J’attends les vôtres avec impatience !

 Copyright © 2017.
Sans mention de l’auteur ni de la source www.carolinefaget.fr  , l’utilisation de ce texte n’est pas autorisée.